LES VOYAGES FORMENT LA JEUNESSE Part. 1

« Les voyages forment la jeunesse ».

Ce veille adage, de la pensée de Montaigne, et bien d’actualité de nos jours aller à l’exploration de nouveau horizon nous obliges à nous mettre à disposition des gens, nous nous mettons à accorder beaucoup plus d’importance aux choses qui nous entoure, riche en rencontre humaine et halieutique, de devoir agir et réagir afin d’arriver à nos fin, la capture de poissons incroyables.

Une année, de octobre à octobre, WP_20161023_11_43_06_Pro qui a commencé en Irlande avec deux amis ,Laurent, du site web « Le Mouching » et Romain mon binôme de pêche, nous avions programmés un voyage à la recherche des brochets.

La réservation avait étée faite au lodge de L’iles Verte tenu par Norbert Renaud dans la contrée de Cavan à Killeshandra.

Après une longue traversée de Dix sept heures en bateau, les valises à peine installé que nous prenions la température pour savoir si il y avait beaucoup d’activité en ce moments.

Nous fumes bien briffé par Norbert, WP_20161026_08_16_24_Protellement bien, que nous n’avons pas pu résister, nous avons pris les cannes, quelques streamer pour aller voir sa de plus prés …..

Nous sommes restés cinq jours sur place, les prisent ont étés nombreuses avec des journées plus ou moins difficile,  cette nature sauvage avec des brochets furieux qui bondissent comme des tarpons ont étés riche de rencontre, de partage, de fou rire avec parfois quelques imprévus, crevaison chambre à air de float tube ,bouchon de valve perdu et bien d’autre encore.

Aujourd’hui quand je repense à tous ce que nous avons partagé là-bas, je me dit que se fut une belle aventure humaine!

J’ai souvenir d’une journée particulièrement difficile ou les poissons ,récalcitrant, ne voulez absolument pas jouer avec nous, nous avions fait le choix d’aller sur un petit plan d’eau perdu au milieu de nul part ou notre guide nous avez confirmé qu’il y avait de gros spécimen qui hanté les fonds de celui-ci, ce beau plan d’eau était entouré de roseaux sur une partie de celui-ci, il y avait des nénuphars sur une partie de l’étang et à l’opposé un haut fond, quelques cygnes nager dessus et avaient pris comme lieux de domicile cette étendue d’eau .

Après plusieurs heures de recherche en utilisant des streamers de différente taille et de couleur, avec seulement un poisson de loupé en tous début de pêche, nous avez résolu, à l’idée, que cette journée allée ce terminer par un échec.

D’un coup ! Sur une idée de génie de Laurent il me dit:

« – Tu as des poppers? »

Je lui répondis que j’en avais pris au cas où .

« Et bien essaye! »

Je m’exécute et prend un popper rouge et noir, je lance, je strip aussi vite que je peux et là !

Un brochet jaillit sur toute sa longueur hors de l’eau et loupe le popper, je relance au même endroit et recommence la manoeuvre, cette fois-ci il aspire le popper et ……

Je faire comme un fou ,je tire sur la soie, sur la canne, de tout les côtés ,il est pendu!

Je sens bien que c’est un gros poisson et au bout de quelques minutes je le glisse dans l’épuisette ,Instantané 5 (30-10-2016 10-54) j’appel Laurent pour qu’il prenne une photo de ce poisson trophée, je l’attrape doucement par l’os situé derrière la gueule, glisse ma deuxième main au niveau de la caudale pour le maintenir droit, et au moment de prendre la photo, le poisson me fis une super clé de bras et reparti dans les abîmes.

Croyez moi je tenais le poisson du séjour,

il s’échappe de mes mains avant la photo!

je regarde mon pote avec un grand moment de solitude…..

 


 

Quatre mois plus tard.

Février, cette fois-ci direction le soleil, les pages de sable blanc avec une eau turquoise.

Ce voyage je l’avais organiser avec mon épouse pour notre anniversaire de mariage, bien entendu j’avais son accord pour profiter du séjour et aller à la pêche.

 Suite à une recherche sur le web je fini par trouver un guide, sur Cayo Coco Cuba ,cela me paraissait préférable car trop peut de temps, il fallait optimiser la réussite.

 Sa me paraissait Parfait!

L’hôtel que nous avions choisi ce trouvé sur cette petite île appelé aussi  « Jardin del Ray ».WP_20170216_20_10_36_Pro

Le rendez vous avec le guide été donc pris pour le mardi, cette à dire deux jours après mon arrivée sur l’île. 

Le jour J arriva, les cannes étaient prêtes, les mouches montées quelques mois au part avant, aller enfin prendre l’eau.

J’attendis devant mon hôtel et je vis arriver

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Onelbis, mon guide, vêtu d’un polo blanc avec un magnifique Permit dessiner dans le dos, une casquette d’une célèbre marque de matériel de pêche mouche, on prend un café avant le départ à l’hôtel, il me fit un débriefing sur notre partie de pêche du jour.

Après avoir simpatisé on monte dans le 4×4, avec le matos de pêche dans le coffre, en direction de l’embarcadère.

Après avoir emprunter la route et les pistes nous arrivons enfin sur place. Je descends du véhicule ,une cabane en bois borde l’embarcadère un drapeau Cubain hissez sur un mat volent au vent, sur la gauche un support de canne en bois sur lequel repose des cannes à mouche qui attendent leurs propriétaires.

Deux autres personnes nous attendent dessous un part soleil conçu en feuille de palmier, ils ce dirigèrent vers nous pour prendre mon matériel et me le préparer, je les regarde surpris, je ne suis pas habitué à être assisté comme cela, j’explique à ces deux hommes, avec mon anglais  maladroit, que je souhaite vérifier mon matériel avant de pêcher, en leurs expliquant que si je loupe un poisson à cause de mon matériel défectueux ,je ne m’en prendrai qu’à moi même !

Après quelques minute d’attente qui me paru une éternité, nous nous dirigerons enfin dans la direction du ponton pour embarqué à bord du flat boat.

Après quelques minutes de navigation, dix minutes environs, a travers les mangroves, mon guide coupe le moteur monte sur sont perchoir et scrute minutieusement l’eau, en poussant le bateau à l’aide d’une grande perche.

Quelque minutes s’écoule et me fait signe en me disant d’une voix basse et seraine.

« – Bonesfish at two o’clock  »

Yes! je le vois, je lance mon imitation de shrimp (crevette en anglais) ,sur la tête du Bonesfish il s’en detourne, j’entend derrière moi:

– « Shoot again! »

Le guide me dit de relancer, je relance devant le poisson, je strip, je strip, le poisson ce détourne de sa trajectoire,

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

je strip le poisson à l’aire d’être intéressés, je strip encore et je distingue clairement le poisson prendre mon imitation, je faire , pendu !

Et là sur un rush de malade le moulinet ce vide en un rien de temps, jamais je n’ai connu une telle rapidité,mes amis qui ont déjà capturé ce bolide m’avaient prévenu en me disant.

 » – Tu verras quand tu auras pris un Bones tu sera adicte ».

Ils avaient raison !


 

 Nous voici en juin, j’allais découvrir quelques choses de vraiment mais vraiment de dingue!

18921973_1294066660714160_2512501769512814061_nQuelques mois au part avant j’ai eu l’occasion de discuter, sur des réseaux sociaux avec des fous furieux qui pêche le silure à la mouche.

L’invitations était faite , je ne pouvais pas passer à côté de sa!

Allez je charge la voiture , pontoon boat, canne, soie, Streamers et deux où trois autres babioles.

Après un peut plus de 8 heures de route me voilà arrivé sur place, au bord du Tarn, je la contemple, c’est une très belle rivière avec un courant relativement lent ,il y a peut de fond ou je me trouve.WP_20170609_15_26_46_ProUn musicien  joue du jazz à la trompette, il faut relativement chaud, environ trente degré Celsius, le cadre et plaisent et apaisant, j’appel Edouard par téléphone.

Edouard et mon contact qui avait tout organisé, Logis, secteur de pêche, c’est vraiment un mec super.

Nous avons pêché un peu plus de deux journées en ne dormant que trois heures par nuit. Et oui le silure da ce mérite!

Ce fut une expérience incroyable, je vais vous comptez quelques heures les plus intensse du séjour . Je les ai passées avec Jean Claude notre deuxième hôtes qui m’a accueilli, le précurseurs dans cette technique.

Ce matin là, il était trois heures trente du matin environ,19143006_1301500056637487_7951622258884367978_o JC Maurs, notre deuxième organisateurs de séjour, me pris sur les berges du Tarn avec sont petits Basse Boat aménagé pour la recherche de la bête.

Première dérive, j’alucine! Ces énormes poisson sortent de partout comme part enchantement. Il faut dire que nous avions passé la veille plus de dix neuf heures sur l’eau sens voir la queue d’un poisson avec Édouard et quelques autres fou furieux du silure et battre l’eau à la mouche avec des cannes en soie de douze assis dans un float tube.

c’est sport quand même!

J’en distingue un à portée de lancer, mon cœur s’emballe, j’en ressens un tremblement dans les jambes dû à la vision du monstre, je lance mon streamer devant, je le laisse decendre doucement sur le fond, sur les conseils de JC je patiente pour qu’il ce rapproche.

19125318_296278727499473_660670415_o

photo de Edouard Vaux

L’énorme poisson de couleur sombre avance doucement mais sûrement dans sa direction, il passe à proximité de mon streamer, je l’agite  sur une tirée courte, la palette situé sur l’arrière ce mis à tourné sur la redescente du Stream sur le fond, en une fraction de seconde, il aspire mon leurre, je ferre d’instinct ! et vlouf!  le stream ressort aussi vite qu’il était rentré, le poisson et loupé !

 

Dégouté, pourquoi j’ai agit ainsi? Je le sais!  qu’il faut retarder le ferrage sur de gros poisson, de plus JC m’avez prévenu et bien briffé sur la technique, je ne sais pas ce qui m’a prie !

L’excitation ? La monté d’adrénaline ? La vision de ces Goliaths des eaux douce?

Peut-être tous simplement le manque d’expérience ?

Je repars chez moi quelques jours plus tard avec cette vision qui me hante encore.

Cette expérience frustrante m’a quand même enrichi sur la traque de ce gros têtard, la remise en question de ma pêche sur les gros poissons , ma réflexions sur sa traque, ils sont beaucoup plus difficile à capturer qu’on ne le pense, rien n’est gagné d’avance, le comportent surprenant de celui-ci et incroyable.

je me souviendrai longtemps de cette aventure avec des personnes remarquable qui ont su me faire partager leur passion sur cette animal.

 

Publicités

PÊCHE HIVERNALE

En publiant sur un blog, jamais je n’aurais pensé avoir un telle succès, un flux de visite si régulière m’a parut surprenant. Plus de mille visite depuis le mois de mars 2016,une baisse en août et juillet, et sa repart de plus belle avec trente cinq visites à l’heure au mois de novembre! c’est incroyable !  je vous en remercie, votre assiduité à me suivre sur ce blog me fait comprendre que notre région est riche, vos visites me le prouve à chaque publication.

Encore merci à vous.

En Normandie il y a quelques réservoir ou nous pouvons exercés notre passion.

6tag_140117-1219211

Une belle Arc

Ainsi je profite de ces périodes pour y faire quelques sessions avec mon ami et partenaire de pêche Romain qui, lui aussi, est un fondu de pêche, ce mec est un très bon pêcheur malgré son jeune ages et un fameux artiste, il fait de super toile.

wp_20170114_10_32_47_pro1

En ce mois d’hivers la pêche des salmonidés est fermer en France et il  est difficile d’assouvir sa passion en cette période, serte il reste les carnassiers comme le Brochet ou la perche,leur traque est passionnante mais il y a parfois des envies que nous ne pouvons assouvir, en hiver, sur d’autres espèces, comme de chasser les truites. Pour ceux qui le peuvent, pour assouvir vos manques, il vous faut, soit voyager ou alors pêcher en réservoir.

J’ai opté pour la pêche en réservoir,moins chère et surtout moins loin.

Donc il y a quelques semaine le rendez vous est pris, direction le Perche pour allé pêcher quelques truites est autres salmonidé en réservoir.

15995212_1150933938360767_4955781434048982258_o

Streamer style mouche stealhed

J’ai monté pour l’occasion quelques streamers, comme beaucoup de pêcheurs à la mouches, quand je ne pêche pas ! je monte des mouches, en attendant des jours meilleurs pour les Tester.

Le samedi matin qui suivi debout quatre heure du mat, les yeux qui pique par le manque de sommeil, le matos est chargé , on prend la route sous le verglas, la neige et parfois même avec de bonne giboulées.

 

Il est difficile de croire que sur ces mêmes routes, que nous empruntons, les Romains ont marchés ici, de grande bataille ont étés menée par les Normands, dirigé par Vercingétorix, contre ces mêmes Romains.

 

6tag_140117-1217351

Un relâché après un beau combat

Neuf heure du matin, enfin arrivé, on part prendre un petit café au Lodge avant de se mettre à pêcher.

Les conditions ne sont pas trop mauvaise, à part le froid et un peux de neige il n’y a pas de vent, je décident de pêcher en soie de 6 et de monter un petit streamer qui ressemble à une mouche à Stealhed en Hameçon de dix,Romain lui, prend aussi une canne en soie de six, il utilisera un streamer noir casquer or pour la pêche en réservoir. Au bout de quelques lancer je prend mon premier poisson , un Joli omble de fontaine qui finira par gagner mon épuisette, mon ami ne tarde pas à emprunté le pas et lui aussi enchaîne les prises.

6tag_220117-2042291

Premier poisson de la journée

La journée avance est plusieurs poissons viens combler notre soif  de pêche , des Ombles Alis, Truite Arc en ciel sont de la partie, Romain n’est pas en reste il prend plusieurs fish d’affilé, il arrivera même à prendre quelques truites Aquabonita (truite toute jaune avec une bande rose sur le corps).

On finira la journée par pêcher avec des cannes à deux mains en soie de cinq et de six, nous voulions les essayées, car ce sont nos nouvelles acquisition pour la traque des Aloses et des truites de mer pour notre saison prochaine.

 

Il est clair que la pêche en réservoir est différente de la pêche sur les rivières Normande, mais quand l’envi de pêcher est plus fort que le reste, on tente à aller vers cette option pour prendre notre dose d’adrénaline …….

 

 

 

Prédateur de la Manche

Aussi loin que je me souvienne, ma première partie de pêche à la mouche en mer remonte à une trentaine d’année.

Les bars étaient encore abondant, les pêcheurs au leurres étaient peux nombreux et que dire des pêcheurs à la mouche qui se faisaient passer pour des hurluberlus avec leur fouet au bord de l’eau !

Le matériel pour la P.A.L.M en mer était difficile à se procurer, nous n’en trouvions qu’au U.S.A, et encore, bien souvent, ce matériel était conçu pour la pêche sous les tropiques.

J’avais lu dans un magasine mensuel, qu’il était possible d’attraper des bars en bord de mer avec des mouches qui ressemblaient aux mouches pour le tarpon, formé d’un corps en laine blanche, d’un hackle bleu et blanc sur l’arrière de l’hameçon avec deux plumes une bleu et une blanche en queue avec un peut de tinsel.

Il m’a fallu peut de temps pour que l’idée face son petit bonhomme de chemin dans mon esprit.

Ce type de streamer avaient l’air d’être efficace et j’allais essayer de pêcher un bar à la mouche dans les parcs à huîtres d’Utha Beach en Normandie.

WP_20160719_17_06_23_Pro[1]

Les parcs à huîtres Normand

Ma petite amie de l’époque, aujourd’hui mon épouse, travaillait dans ces parcs en temps que saisonnière ,elle m’avait expliqué que souvent, les poissons se dérobaient en dessous des tables à huîtres à marée basse quand elle y travaillait.

Il me fallu beaucoup de temps avant de prendre ce premier poisson et après de multiples essais, je touchais enfin mon but non sens mal.

Aujourd’hui, les choses ont bien changer les poissons de belle taille se font plus rares mais nous pouvons toujours nous amuser avec un peut de patience et de persévérance.

Il est possible de prendre de beaux poissons autour de la rade de Cherbourg, cette rade fut construite entre 1779 et pris fin en en 1869 par la construction du fort des Flamants à l’Est de l’île Pelée.

Les hommes importants qui ont participés à cette construction fût Vauban, Napoléon et le capitaine de Vaisseau de la Bretonnière et commandant en chef du port de Cherbourg .

1014498_410723112381857_1333809822_o

Fort de l’île Pelée

Les Fortifications  furent ensuite modifiés pendant la seconde guerre mondiale afin d’y accueillir les batteries Allemande.

Autour de la Rade ont peut y trouver plusieurs espèces de poissons Bars, Lieux, Maquereaux, Carangues , Orphies pour en citer que les principaux, du bord comme en bateau il y a vraiment de quoi s’amuser.

L’autre secteur que j’affectionne se trouve autour de l’île Tatihou à saint Vaast la Hougue.

Autour de cette île a eu lieu l’une des plus grande bataille Navale de l’Histoire entre la flotte Anglo-Hollandais et les Français en 1692, ce fut une défaite pour les Français avec de nombreuse pertes Humaines et la flottille de France, présente dans la région, fut bien réduite.

De nos jours, il ne reste plus grand chose de cette bataille à par les récits et quelques toiles que l’on peut admirer au musée sur l’île Tatihou.

InstagramCapture_0d6991ac-2b46-47fe-9461-a3b2aae897c6[1]

Petit bar de parcs à huîtres

Les bars  y sont nombreux et agréables à pêcher au-dessus des parcs à huîtres à marée haute avec des Gugglers et autres leurres de surface, j’aime aussi aller les rechercher dans les zones plus profondes avec une soie plongeante et des Clousers.

Il y a tellement de chose à vous dire sur le potentiel de notre région qu’il m’est difficile de tout vous compter.

En été, sur les quais de Cherbourg, les maquereaux sont bien présent par mer calme, le soir, on les prends avec une soie intermédiaire avec des imitations de Sprat du type Gummy.

 

THOMSON-PC - 971773_383960461724789_2047916219_n

Maquereau prie un soir d’été

Les petites Carangues sous les lampadaires fin août sont très amusantes à pêcher en soie de six, et que dire des Orphies qui une fois prisent font des bonds hors de l’eau comme des mini Espadons.

Il y a un dernier animal dont j’aimerai vous parlez, je l’ai gardé pour la fin car celui-ci mérite tout un chapitre à lui seul, il hante nos eaux depuis des décennies en roi et maître absolu, il vient au bateau et disparaît sous les eaux comme un fantôme à tel point que, quand on l’a vu, on à l’impression d’avoir vu un mirage. Je donnerai une citation d’un ami que j’avais emmené avec moi les rechercher, qui résume bien l’intensité de son regard quand nous le croisons et de sa prestance :

 » – Quand on le voit on ce demande qui est le prédateur l’homme ou l’animal ? »

11022418_757951304325701_1327513014960254230_o (2)

Il nous observe ! avant de disparaître sous le bateau.

Le roi absolu de la pêche à la mouche dans les eaux qui borde le nord Cotentin est le requin Taupe, Porc beagle comme le dise nos voisins Anglais, il faut beaucoup de temps et de patience pour espérer croiser sa route, et lui présenter un streamer de la taille d’un poulet devant son museau dans de bonnes conditions.

Bientôt, je retournerais traquer ce superbe animal, et lui balancer une mouche digne de ce nom avec ma canne en soie de douze, et mon moulinet capable d’arrêté un train.

Mais la question est : vais-je le revoir ?

 

CARNASSIER

Sur tout les poissons dont j’ai eu l’occasion de rechercher, il y a un poisson qui me fascine dans sa recherche, bien sûr il y a la truite qui est avant tout le poisson de cœur celui avec lequel nous commençons tous ! Mais je vous avouerais que le carnassier et aussi assez sympas à pêcher. Les gros brochets qui règnent sur nos parcours préféré en maître absolu, chasseur redoutable mais maladroit capable de rater sa proie, cet animal est capable de nous mettre de véritable cartouche dans la canne comme de s’emparer de notre streamer sans ressentir le moindre accoue, on y voit juste la soie déviée anormalement de sa trajectoire pour nous avertir de sa présence au bout de notre ligne.WP_20150711_022

La perche qui agit en bande organisée et bondit sur les petits poppers et les sandres qui nous font des touches subtiles. Tous ces poissons méritent que l’on s’arrête dessus.

Il y a quelques temps de ça, nous avions programmés avec mon ami et  partenaire de pêche, de partir sur un trip de trois jours à la recherche de gros brochets qui hantent le lac de Vezin en Normandie.

Quelques jours plus tard la voiture est chargée, les boites pleines de streamers et le ravitaillement fait nous voilà parti sur les routes Normande.

InstagramCapture_d9cabd3c-d489-4839-84f4-5144c220cd44

Lac Breton

Avant de nous rendre sur Vezin nous avions décidé de faire un petit détour sur un lac de nos chère voisin, les Bretons, dont on avez entendu parlé pour ces beau poissons. Après quelques heures de route nous voilà enfin arrivé, c’est un beau lac bordé de forêts de sapin est de chêne, quelques barques attendent leurs propriétaires au bord de l’eau pour une prochaine excursion.

Nous nous enfoncions en voiture en bordure de forêt prés du lac, sous les arbres, pour installer notre bivouac pour la nuit, le lieux est parfais pour être à l’abris des regards.

Une fois le matériel installé,  nous montons nos cannes pour faire le coup du soir, je fis le choix de commencer avec un streamer de couleur blanc et chartreux, la traque commence !

On se sépare l’un part à droite du lac et l’autre commence sur l’autre rive du lac, je ratisse soigneusement les bordures puis le large, après plusieurs heures de recherches toujours pas de maître Esox en vue ! Ce lac ne semble présenter aucune once de vie.

Rien n’y fait la taille de mes mouches, les couleurs différentes, la variation des strips lentes, rapides en roly poly toujours rien !

InstagramCapture_0e5a7fba-ad30-45c3-8aff-d456a13bc4e3

Perche des marais

Après de longues heures quêtes minutieuses nous décidons d’en rester là pour la soirée, la nuit tombe.

De retour au campement nous nous lançons dans des discutions philosophiques de ce que nous venions de vivre afin de se trouver des prétextes à notre bredouille de la soirée. Le repas chauffe sur le feu : du cassoulet, le repas préféré des baroudeurs dont je tairais le nom de la marque, en ce savourant un délicieux whisky auprès du feu.

La soirée se passe tranquille ,nous partons nous coucher quelques heures. Quelques heures effectivement, car vers minuit une chouette décide de prendre ses cartiers juste au dessus de nous dans le grand sapin, et là, toute la nuit !

– hou! hou ! houuuuu !

-hou! hou! houuuu!

Cette Hulotte n’arrêtait pas de chanter, toute la nuit elle nous empêche de dormir, et je m’imagine beaucoup de choses, je ne sais pas si vous êtes pris, parfois d’une envie soudaine de « chasse à la chouette » ? Et bien moi ce fus le cas ! Tout m’a traversé l’esprit, lui lancer des cailloux, abattre l’arbre, prendre une arme est la descendre, l’attraper et s’en servir comme appâts à brochet etc….

InstagramCapture_2bb21a4f-c84b-43af-b56c-e03acadff00e

La traque commence

Enfin bref le matin arrive avec très peux de sommeil dû à cette satané chouette de [censuré] (pour ne pas employer de mots grossiers).

Une fois notre petit déjeuner avalé, nous reprenons notre recherche cette fois si nous allons pêcher côte à côte après quelques heures de recherche quelque chose dans l’eau détourne notre attention, plusieurs marques blanche sur le fond de l’eau nous attire , nous nous dirigeâmes vers ces fameuses tâches. Ce que nous y trouvions fût surprenant : plusieurs poissons morts sur le fond, il y a plusieurs espèces différentes.

Nous comprenons vite que nous prendrons rien ici, on fini par croiser un pêcheur local avec qui nous partageons notre inquiétude, il nous explique que l’eau du lac est descendu très vite est s’est réchauffée anormalement dû certainement à un manque d’eau de pluie.

Après cette triste aventure nous nous rendîmes sur Vezin, dans le sud Manche puis sur la Douve dans les Marais de Carentan on réussi à lever cinq brochets dans ce périple.

Nous avons la chance en Normandie d’avoir un parc de Marais de 1195 km2 dont 250 km2 de points d’eau. Plusieurs rivières traversent cette zone, la Douve, Le Merderet, La Madeleine, la Taute et la Vire pour n’en citer que quelques une. Ce Marais était autre fois une forêt où les paysans chassaient le loup avec des fourches, aujourd’hui nous retrouvons, de en temps en temps, les vestiges de cette époque, des souches remontent en surface pour ce décomposer très vite au contact de l’air.

10885518_682790691841763_3236941094304743298_n

27 700 hectares de prairie inondée

En hivers ces prairies sont inondées et on se retrouvent avec une immense étendue d’eau de 27 700 hectares. Un autre fait historique de ces marais datant de la seconde guerre mondiale, les Allemands inondèrent les prairies afin d’empêcher les alliés d’y être parachuté, malheureusement de nombreux hommes y périrent noyés par leurs lourds bardages lors du parachutage.

WP_20150720_11_08_20_Pro

Secteur du pont des Biards Vezin

Le lac de Vezin situé dans le Sud Manche et un lac de Barrage construit à la fin des années vingt début des années trente. Ce barrage hydroélectrique qui a une retenue d’eau de 200 hectare.

Pour les faits historiques,les populations vivant à proximité de la Sélune fut expulsé de chez eux lors de  l’inondation de la vallée, plus tard le barrage fut menacée de destruction pendant la seconde guerre mondiale par l’occupation.

Aujourd’hui ce barrage situé sur la rivière Sélune est amenée à disparaître pour le bien de l’environnement, ce qui crée des tensions entre les utilisateurs de ce plan d’eau est les protecteurs de la nature. Mon opinion est que ce barrage devrait être détruit, il fait obstacle à la remonté d’espèces migratrice,  comme le saumon, mais le plus grave sont les accumulations de boue contenant des substances toxiques et dangereuses pour l’être humain et l’environnement qui ce sont accumulées tout au long de son existence.

 

 

 

TRUITE DE « TCHEU NOUS »

J’ai souvenir de la première fois ou j’ai tenu une canne à mouche, je devais avoir environ douze ans, mon grand frère m’avait emmené sur la rivière ,le Trottebec ,elle coulait non loin de chez mes parents.

10306733_552915614829272_7364427728029268956_n

le Trottebec la rivière de mon enfance

Nous nous étions rendu sous un pont d’une voie de chemin de fer ou les truites avaient pour habitude de venir se nourrir de Chironome et de Bibio , il y avait de fort belle truites qui montaient de façon régulière en provoquant de petites ondes à la surface de l’eau. J’observais mon aîné faire virevolter sa soie au dessus de nos têtes et exécutât d’un geste de sa main droite un posé délicat mais précis juste au dessus de la belle. Elle l’attrapa par une légère aspiration l’imitation d’insecte,elle se rendit compte du subterfuge au moment du ferrage dynamique du pêcheur,un moment magique dans le regard d’un enfant.

A ce moment précis, je compris que cette pêche était faite pour moi. Peut après cette découverte, j’entrepris de prendre une truite à la mouche,sa a pris pas mal de temps mais cette première truite fût prise! 11079107_754249784695853_2697344677054692523_o Je m’étais bricolé une canne sans moulinet du type télescopique, avec laquelle je pêchais les gardons, je mis un long bout de fils de pêche et y  fixa à l’extrémité une mouche que j’avais prise sur le gilet de mon grand frère sans son consentement, j’espère qu’il me pardonnera, aujourd’hui il y a prescription non?  Ça fait si longtemps! Cette technique consistait à se servir de la force du vent pour y déposer la mouche devant une truite qui gobe. Bien sûr ce fut très laborieux mais tout de même avec un peut de chance et de patience je  parvins à mes fins.

C’était ma toute première expérience; quand je repense à cette période et la compare à celle d’aujourd’hui,je me dit qu’il existe, dans les revues spécialisées, une amélioration de cette technique, sous le nom de « Tenkara ».

Les rivières dans le Nord Cotentin sont très agréable à parcourir avec une canne à mouche, certaine sont très clair, si clair que le poisson nous repères de très loin et il faut parfois faire preuve  de ruse de sioux  pour pouvoir capturer une truite. Je vais essayer de vous décrire au mieux quelques unes de ces rivières.

La première dont je vais vous parler est la rivières Douve, depuis Tollevast, en passant par la commune de Sottevast,cette rivière  n’est pas très large entre dix et vingt mètres de large, elle arpente des secteurs boisés et de prairie avec de grand plat et de courants lents avec quelques secteurs plus rapide,il n’y a pas beaucoup de fait historique le long de cette rivière hormis dans la partie classé en seconde catégorie qui coule dans les marais de Carentan,mais je vous en parlerais dans un autre récit .

La seconde est la rivière Saire, elle coule dans le Val de Saire sa largeur est comprise entre dix et quinze mètres de large les eaux sont très claires,on y trouve une très belle cascade, Polinsqui y tourna quelques scène de l’un de ses film.

La troisième est dernière rivière est la Divette dans la vallée de  Quicampoix, elle a une largeur comprise entre 10 et 15 mètres de large.

On y comptait jusqu’à sept moulins entre Cherbourg et Martinvast vers 1920.

11863225_801773616610136_4917445717353886409_n

Chateau du Vast le long de la Saire

Il n’en reste qu’un seul, le moulin Lucas, qui a absorbé tout les autres. Il devient moulin Le Thullier en 1922. Avant la seconde guerre mondiale, et un peu après, on y trouvait des guinguettes dans lesquelles les Cherbourgeois aimaient venir se divertir. Dans les années 1950 et 1960, Les Rosiers et À. Robinson organisent régulièrement des bals.

Les autres parcours je les classifierais plutôt en ruisseaux  comme le Trottebec ou ce trouve le Château de Ravalet  Manoir médiéval appartenant au domaine royal, il est vendu par François premier. Jean II de Ravalet, seigneur de Tourlaville, l’acquiert et fait construire sur le manoir dont seules les ruines de l’ancien donjon demeure, un château Renaissance, qu’il offre à son neveu, Jean III. Il  fut utilisé comme hôpital durant la première guerre mondiale.

Les ruisseaux sont très peut profond, malgré cela il y a une bonne densité de poisson.

11026015_713557658765066_7611804039276452670_n

La Saire  est une rivière très claire

Les prairies du Nord Cotentin sont verdoyantes. Quand les conditions sont réunis, on assiste à de belle éclosion d’Éphémère et de Mouche de Mai ,certaines de ces rivières ont une belle présence de Gammare, de larve de Chironome et de larves de Libellules.

11017020_723438484443650_245472181265134035_o

La robe foncé du début de saison

Les truites ont des robes magnifiques. Les poissons de début de saison sont très sombres, en été et au printemps elles ont de magnifique point rouge qui méritent  le clicher photographique.

 

 

Les étés sont agréable en Normandie avec une alternance de pluie et de soleil qui favorise les éclosions, avec ce climat tempéré, ces odeurs printanières  et cette douceur de vivre si typique au Nord Cotentin, tous ces éléments nous font prendre conscience que la pêche au bord de l’eau est si agréable.

10341888_552916034829230_1078070799251598909_n

Les truites Normande ont de magnifique robe.

En écrivant ces dernières lignes, je viens de me rappeler que demain c’est l’ouverture en première catégorie, je vais enfin retourner sur les bords des rivières Normande, après une longue abstinence de six mois, savourer  de nouveau le plaisir de parcourir les rivières avec ma canne à mouche, et de retrouver ces belles aux robes si typiques.

Allé! Bonne ouverture à vous tous!

 

(Les faits  historiques mentionnées ci-dessus sont de source wikipédia)

MIGRATEUR « POISSON FANTÔME »

Nous avons tous des histoires ou des années de doctes que nous aimons nous raconter entre amis.

L’histoire qui a marqué mes débuts en temps que pêcheur de poisson migrateur a été tel que je classifierais dans la catégorie humour, plutôt qu’une histoire de prise de poisson, ces mêmes poissons qui,avec le temps, ont tendance a grandir et à prendre quelques centimètres de plus.

Au début des années 90 je ne possédais pas encore de permis de voiture,mon frère est l’un de ces amis avez eu la gentillesse de me prendre avec eux pour allait pêcher la truite de mer sur la rivière Touques dans le Calvados, qui à l’époque n’avait pas encore ses lettres de noblesses que l’on connais aujourd’hui. On m’avait offert pour l’occasion une canne à mouche de onze pieds en soie de six qui avait fait le voyage depuis l’Irlande.

J’avais équipé cette canne d’un moulinet pouvant contenir suffisamment de baking pour affronter des poissons surpuissant ,en me commémorant cette année de  docte je souris, je n’avait pas hésité sur la solidité quand même!

InstagramCapture_566c2a55-a35b-4c82-852a-a07274d7acd0

La Riviére Touques

Départ tôt dans l’après midi et après une heure quarante cinq de route nous voilà enfin arrivé sur le bord de la Touque,nous avions opté pour le bas de la rivière sur le secteur dit « la station » pour le cou du soir, à cette époque on y rencontré peut de pêcheurs, c’était un soir d’été les herbes étaient hautes, une douce chaleur nous rappelait qu’il était difficile de marcher avec des waders  en néoprène , quelques timides gobages animaient la rivière de temps à autres.

J’assemblais ma canne en alignant les anneaux enfilais la soie dans les anneaux et y accrochais une mouche appeler Médicine.  Puis commençais à prospecter un pool qui me paressais prometteur en le peignant méticuleusement les autres pêcheurs en firent de même sur des pool plus éloigné.

Au bout plusieurs heures de traque et toujours, aucune touche ni de signe de poisson, j’entendis mon frère crier !

– J’en ai une !

J’observais d’un coup d’œil, sa canne  était plié en deux, le moulinet qui ce mettait à chanter, ça avait l’air d’être du sérieux!

972101_373858679401634_1143590153_n

Combat avec un poisson

Jean, se situait à quelque mètres de là, propulsait sa canne dans les airs et entrepris un sprinte qui ferai pâlir Usain Bolt , il se prit une bûche magistral qui mériterai le buzz sur internet. Une fois son parcours du combattant franchi, Yvan mon frère éclatât de rire, en effet il avait effectué un lancer si prés de la berge dans face, à fleur d’eau, tellement prêt que son hameçon si était accroché, il avait simulé la prise d’une truite de mer! on y avait cru ! enfin surtout son ami!

Quel grand moment de fou rire! Bien entendu, sur le coup, Jean ne trouvais pas ça si drôle, et insultait mon frère de quelques noms d’oiseaux puis il se mit à rire à son tour.

Les quelques rivières qui ont des remontés de poissons migrateurs ne sont pas nombreuses, j’en citerai que quelques une , La Touque dans le Calvados célèbrement connu et reconnu sur le plan national avec ces remontés de truites de mer (plus de 5500 poissons comptabilisé en 2015 !).

La Sélune,le Sée et la Sienne malheureusement très peut d’information sur les remontées sur ces rivières à saumons.12916788_926860364101460_3997173194490963699_o

La Vire avec plus de 8000  Aloses de remontés en 2015 et la Douve pas de chiffre connu officiellement pour les Aloses.

Les remontées s’améliorent d’années en années dû ,probablement, à une amélioration de la qualité de l’eau et aux effort de certaines APPMA qui travaillent sur la remise en état des cours d’eau en collaboration avec les différents syndicats des eaux.

La pêche des migrateurs comme le saumon subit de fortes pressions de braconnage dans les estuaires et bien trop sont impunis, essentiellement dû a des effectifs de gardes insuffisant.

13055005_932016736919156_514455704513648555_o

Alose magnifique poisson migrateur

Je peux comprendre que toutes formes de pêches on leurs passionnés cependant il y a une absurdité sur ces pratique, je ne vais pas me faire que des amies  en écrivant ceci mais!

La pêche du saumon aux appâts naturels comme la crevette ou le vers, en dehors des estuaires devrait être interdite, ses pratiques engendrent un carnage sur les prises, sur les cours d’eau supérieur!

Je suis un rêveur et un pêcheur  avec des idées en phase avec notre époque,  et peux être qu’un jour nous verrons une pêche plus en adéquation avec notre époque et aux attentes de pêcheurs respectueux et conscient des effectifs encore trop faibles de ce magnifique poisson. Un rêveur qui espère qu’un jour nous puissions exercé notre sport favori plus longtemps, en nos kill, une fois le TAC atteint.

 

 

 

 

ATELIER ET DES MOUCHES

Je vais essayé de vous exprimer les expériences vécu derrière mon étaux, il me semble que c’est  l’endroit où je passe le plus de temps après la pêche au bord de l’eau, tout les pêcheurs n’ont pas le même avis à ce sujet mais je pense que le montage  de mouche fait partie de la pêche . Cette sensation unique de voir petit à petit notre création prendre forme avec plus ou moins de réussite, certaines de ces  créations sont efficaces d’autres de véritables fiasco et de véritables œuvres d’arts, du moins à nos yeux car les poissons en sont  les seuls juges !

Je monte des mouches pour le plaisir de créer et le seul frein au montage est le manque d’inspiration.  Je laisse mon imagination me guider, je monte rarement plusieurs fois la même, je crée une première mouche qui me sert d’esquisse, un peut comme un peintre devant sa toile, que j’améliore par  la suite, une fois mon but atteint je passe à autre chose.

J’ai tellement de modèles monter, qu’il m’est impossible de tous  montrer ici .

En voici quelques exemplaires, tout ces modèles on pris des poissons en Normandie à pars les versions saumon, je m’y intéresse que depuis peut pour en tirer une analyse.

 MOUCHE TRUITE

Petite mouche noir parachute:InstagramCapture_9ae2a66e-eb26-4338-a645-a9aead0e5fb4

Créature :

WP_20151002_10_28_28_Pro

Nymphe:

12573881_877766402344190_7573655917508026117_n

STREAMER BROCHET:

Créatures poppers

10996019_774572222663609_1370608111018063049_o

11665503_782658605188304_5327272999092817990_n

les streams :12308348_851942104926620_7286689591136958770_n

InstagramCapture_7f990f25-81ce-4b67-b3af-d8e0cfae6a69

Tube fly :InstagramCapture_5628b03a-3ef3-4768-b15b-dbc5d65f8b21

MOUCHE MER

Clooser :

InstagramCapture_a4dcc0db-53b6-4849-a558-86f13d16398c

Sardine ,Maquereau et Calamar:

WIN_20150704_135736

Tête lesté :

11080857_737802659673899_4390351573786164974_o

MOUCHE SAUMON

Black Gost:

12705750_893586467428850_4232154889255888178_n

Shrimp :

12742580_894671280653702_1121768504013156573_n

Mouche alose:

10988433_746478962139602_7409371684374849012_n

 

eci